Didier Malga et Anne Bonnel, sur Toyota Auris Hybride domine le challenge national ENRS

La première partie du championnat de France ENRS (Energies Nouvelles Régularité Sportive) est dominée par l’équipage auvergnat Didier Malga-Anne Bonnel (Toyota Auris Hybride). Sur les quatre courses de ce printemps 2017, les tenants du titre 2016 en ont rapporté trois et ils terminent deuxième  de la première épreuve dans la Vallée du Cher.

Le challenge national ENRS (Energies Nouvelles Régularité. sportive) se court avec des voitures du quotidien. Ici la Toyota Auris Hybride de Malga-Bonnel.Photo TopSud News.

« Dans  ces compétitions, il s’agit de  respecter strictement et de façon quasi permanente une moyenne imposée et calculée au plus juste. A l’Eco-Rallye d’Alès, je pense que nous avons tué la course dès la première spéciale avec une performance exceptionnelle. Sur 25 kilomètres nous sommes toujours restés dans la moyenne qui nous était donnée. Nous étions toujours dans la seconde idéale à quelques centièmes prés. Cela réclame une concentration extrême » explique Didier Malga, ancien pilote régional   des années 90 en Auvergne et qui a remis le doigt dans la compétition avec  les énergies nouvelles (challenge national des rallyes ENRS/FFSA). « Ce qui est encore plus compliqué à gérer, c’est que la moyenne peut varier à l’intérieur même d’une spéciale » poursuit Anne Bonnel, la copilote  dont le rôle est essentiel dans ce nouveau type de compétition. « La formule Energies Nouvelles Régularité sportive  est appelée à un grand avenir. Dans cette période d’effervescence commerciale, les constructeurs ont besoin de démontrer que les véhicules hybrides ou électriques sont aussi des voitures  rapides et puissantes » ajoute Didier Malga, qui a été nommé responsable du développement de la discipline à la Fédération Française de Sports Automobiles. Le challenge national ENRS reprendra son cours en septembre avec le rallye du Mont-Blanc (12-13 septembre).

Précision : Les épreuves du challenge national ENRS sont ouvertes aux véhicules électriques, hybrides ou à hydrogène. Les voitures sont de série sans modification de sécurité ou de performance. Et les droits d’inscription sont modiques même s’il est nécessaire de prendre la licence FFSA.