Les opérateurs du huitième salon mondial des Multicoques de La Grande-Motte (Hérault)  sont euphoriques. Depuis l’ouverture, les grandes marques françaises (Lagoon, Catana, Foutaine-Pajot, Outre-Mer) sont confrontées à un visitorat qualifié en quête d’acquisition à moyen échéance. « Nous sommes ravis. Même si les délais d’attente chez nous sont importants, plus de dix-huit mois, les clients signent des bons de commande. Notre nouveau catamaran à moteur, présenté ici, le MY44 connait lui-aussi un très vif succès » explique Stéven Guédeu, directeur commercial du groupe Fountaine-Pajot, le pionnier de l’école française des multicoques. Le groupe de La Rochelle a dépassé en 2016, le cap des 3000 bateaux livrés en l’espace de quarante années d’une production nationale à 100 %. « Au départ, nous étions dans un marché de niche. Aujourd’hui ce marché est mature. Il est en forte progression même si cela reste un créneau encore un peu étroit d’un millier de bateaux par an. Et le mouvement  qui amène les navigateurs vers le multicoque me semble parfaitement irréversible. Pour d’évidentes raisons de confort, de facilité de navigation et même de performance, les multicoques modernes sont capables de séduire les hommes passionnés de voile et de convaincre les femmes. Dont l’avis peut être prépondérant. Alors, cela devient une expérience familiale » poursuit Steven Guédeu. Le groupe Fountaine-Pajot (500 employés à La Rochelle) a su parfaitement s’imposer sur ce marché en doublant son chiffre d’affaires sur les cinq dernières années. À l’autre bout des pontons, noirs de monde, Xavier Desmarest, PDG du chantier naval Outre-Mer affiche le même enthousiasme alors que les « visiteurs » se pressent pour fouler du pied les dernières créations et notamment  le X4, récemment couronné bateau de l’année 2017.

« Nous avons livré dix-sept bateaux en 2016 et multiplié notre chiffre d’affaires par neuf sur ces dix dernières années et nous sommes leader sur le marché de la grande croisière pour accompagner ceux qui veulent changer de vie et faire le tour du monde dans de très bonnes conditions de performance et de confort » détaille Xavier Desmarest. Il confirme lui-aussi la montée en puissance des projets de nouvelle vie sur ces nouveaux appartements flottants très largement imaginés et fabriqués dans des chantiers français qui livrent plus de 50 % de la production mondiale alors que la demande est boostée par l’essor extraordinaire de la location. « Le marché des loueurs, voire des investisseurs  représentent aujourd’hui 50% des ventes de certains constructeurs » analyse Frédéric Michel, organisateur du salon qui enregistre  cette année, une fréquentation record des étrangers (plus de 8000 personnes) Russes, Sud-Américains, Asiatiques et Scandinaves sont passés par les pontons de La Grande-Motte avec dans les yeux des rêves de vie nouvelle et de risées joyeuses.