Thierry Sybord, Directeur général de Volkswagen France et utilitaires et le concept car BUDD-e.

En ouverture du salon  de Val d’Isère, qui se tient jusqu’au 16 juillet prochain, Thierry Sybord, directeur de la marque Volkswagen France et utilitaires,  donne la feuille de route. A partir de 2020, cap sur l’électrique pour vendre 1 million de voitures 100 % électriques en 2025.

Thierry Sybord, Directeur général de Volkswagen France et utilitaires au salon de Val d’Isère.

Quelle stratégie électrique et hybride pour le groupe Volkswagen que vous dirigez en France ?

Nous avons deux échéances importantes. D’aujourd’hui à 2020 nous allons garder la gamme que nous avons  actuellement de véhicules électriques, de véhicules hybrides et « multifuel » en sachant que nous sommes à ce jour le seul constructeur à offrir cette  gamme très complête. L’objectif, ce n’est pas d’avoir forcément des volumes très importants mais de répondre à une demande qui est croissante.Nous  sommes en 2016 le leader pour la vente de véhicules hybrides rechargeables en France avec la golf GTE. Nous avons réalisé 14 % de ce marché. L’objectif est d’accompagner ce marché sans aller au-delà de sa  croissance naturelle.

Deuxième étape, donc  à partir de 2020,  cap sur l’électrique ?

A partir de 2020 notre objectif est clairement, en France, comme en Europe et même dans le monde, de devenir leader de la e-mobilité. Cela va se faire avec la vente de deux types  de  véhicules : hybrides mais aussi d’une toute nouvelle  gamme  de véhicules 100 %  électriques. Ces véhicules seront créées sur une nouvelle plate-forme spécialement mise au point et qui a été baptisée MEB.

Un million de voitures électriques en 2025

On déclinera la proposition sous plusieurs variantes :  berline naturellement à partir de 2021,  mais aussi  Combi et   cross-over. L’objectif  est de vendre un million de  véhicules électriques en 2025. Cela représenterait alors 10 % des livraisons de Volkswagen.

Vous allez donc vers l’électrique  avec une grande détermination ?

Oui, oui le cap est mis sur le véhicule électrique ! Très clairement.  Le véhicule hybride  c’est un véhicule très important. Mais il faut le considérer comme un véhicule de transition qui va nous permettre de passer de la gamme que nous avons aujourd’hui à des véhicules 100 % électriques.

Pourquoi cette stratégie ?

Tout simplement parce que le véhicule hybride offre aujourd’hui ce qu’un véhicule électrique n’est pas capable de donner, c’est-à-dire une autonomie importante et suffisante. A partir du moment où nous disposerons dans notre gamme de véhicules électriques  avec une autonomie comprise entre 600 et 900 kilomètres avec une capacité de rechargement rapide, l’hybride aura, finalement moins d’intérêt stratégique. Et on peut penser que les hybrides disparaitront au bénéfice de véhicules électriques.

Vous étiez en tête des ventes en 2016  pour les hybrides rechargeables avec la Golf GTE.  Etes-vous satisfait  des ventes   sur les premiers mois de 2017 ?

Oui et non ! Oui parce que les ventes sont toujours là.Non parce qu’en fait, nous avons connu une phase de transition pour le renouvellement de la Golf 7  qui est devenue  la Golf 7S. A un moment, nous n’avions plus de Golf GTE à proposer à nos clients. Cela explique, à 100 %, le trou d’air très relatif que nous avons connu. C’est uniquement un problème de transition. Et la Golf  GTE dans sa version 7S est aujourd’hui au rendez-vous.l